Comment ne plus être un homme précoce ?

Avant de chercher des solutions pour un problème, encore faut-il être certain qu’il y a bien problème. En effet, quand peut-on vraiment parler d’éjaculateur précoce, aussi nommé pudiquement un homme précoce? Des tabous culturels et sociaux ont longtemps empêché les hommes atteints de ce trouble d’en parler à leur médecin ou entre eux.

Éjaculation Précoce

Qu’est-ce qu’un homme précoce ?

En règle générale, on nommera une éjaculation précoce lorsque celle-ci interviendra à un moment donné sans que l’homme en ait le contrôle. Ainsi, l’éjaculation pourra avoir lieu avant la pénétration, c’est-à-dire pendant les préliminaires ou juste après la pénétration. On définira le trouble d’éjaculation précoce pathologique uniquement si le phénomène est récurrent et qu’il survient lors de relations sexuelles avec la même partenaire ou d’autres et s’il se déroule sur une durée d’au moins plusieurs mois. On ne qualifie donc pas d’homme précoce, un homme qui une fois de temps en temps éprouve une éjaculation rapide, trop rapide aux yeux des deux partenaires ayant, par ailleurs, une relation sexuelle épanouie.

Que signifie être un homme précoce ?

En premier lieu, il faut se rendre compte que l’éjaculation précoce n’est pas une maladie et qu’environ 30% de la population masculine en est atteint, donc un homme sur trois. Pour ces hommes, les sentiments sont mitigés, mais la plupart d’entre eux vivent le phénomène comme une incapacité à performer dans les situations intimes. Ils sont souvent réticents à en parler ce qui est loin de les aider. Le temps où survient l’éjaculation est sans importance. Que celle-ci se produise cinq minutes après la pénétration ou juste avant ou pendant l’acte lui-même, pour eux, cela revient au même : ils savent être sans contrôle sur l’acte le plus intime de deux êtres entre eux. Leur sexualité est inadéquate selon eux.

Le retardateur d’éjaculation

Bien entendu, le meilleur moyen de ne plus avoir ce trouble est de pouvoir utiliser un retardateur d’éjaculation externe. Toutefois, il faut savoir que c’est une configuration de facteurs émotionnels et psychologiques qui est en cause bien plus que des éléments physiologiques. Pour cette raison, l’homme devra s’astreindre à un apprentissage rigoureux s’il veut se libérer de ce trouble qui peut-être inhibiteur pour une relation sexuelle. Un retardateur d’éjaculation peut être médicamenteux et prescrit par un sexologue, consulté en lui expliquant exactement les données du problème. Il s’agira le plus souvent d’un spray à vaporiser sur le gland pour l’insensibiliser un tant soit peu. Un autre moyen est d’éduquer ses sensations.

Une thérapie pour l’homme précoce

Il sera difficile pour l’homme n’étant pas en couple de se libérer de ce trouble éjaculatoire puisque celui-ci se produit majoritairement pendant l’acte sexuel. Cependant, il lui sera possible de mieux apprendre à connaître son corps, ce qui sera bénéfique au moment opportun. Par exemple, il pourra pendant la masturbation s’habituer à repérer les moments d’excitation intense qui l’amènent à l’orgasme. Pour retarder ce dernier, il fera des pauses pour faire retomber l’excitation et contrôler ainsi le moment éjaculatoire. L’excitation étant moins intense lorsqu’il est seul qu’avec une partenaire, il apprendra à se contrôler seul et devra ensuite petit à petit l’expérimenter avec une partenaire.