Accueil > Incontinence

Incontinence

En France, près de 3 million d’hommes et femmes seraient touchés par des problèmes d'incontinence. On estime que ce trouble particulièrement fréquent chez les personnes âgées mais cela peut arriver aussi chez des personnes de plus jeune âge. ShytoBuy propose une large gamme de produits naturels pour venir à bout de ce problème.

Native Remedies Bladderwell

Native Remedies BladderWell est un traitement naturel et homéopathique des infections urinaires approuvé par la F.D.A. Conçu pour soulager les douleurs et infections urinaires et cystites.

10 avis client
32.99 €
UTI-Clear ™ | Infections des voies urinaires

Traitement naturel Homéopathique sans ordonnance conçu pour soigner les infections des voies urinaires y compris celles de l'urètre..

3 avis client
26.40 €

L’incontinence

L’incontinence se caractérise par une perte plus ou moins forte d’urine la plupart du temps après un effort (toux, éternuement ou effort physique). Ce trouble, fréquent chez la femme est aussi accompagné d’un autre symptôme qui est l'envie soudaine d'uriner juste après avoir perdu une grande quantité d'urine. Il est important d’effectuer un traitement afin de soulager les symptômes et éviter toute gêne causée par ce trouble.

L’incontinence touche 3 millions de personne en France. C’est un nombre vraiment important pour un sujet tabou. Car nous parlons bien ici de pertes involontaires d’urine chez les adultes et non chez les enfants.

Qu’est-ce que l’incontinence ?

L’incontinence urinaire se définit par une perte d’urine involontaire et impossible à contrôler. Ce n’est pas une maladie mais un symptôme qui peut apparaître dans diverses circonstances.

Qui souffre le plus d’incontinence urinaire ?

De façon générale, les personnes les plus gênées par l’incontinence sont les femmes de plus de 60 ans. Pourtant elles sont loin d’être les seules. Effectivement, une étude norvégienne a mis en évidence que 32 % des femmes de plus de 80 ans souffrent d’incontinence. Mais cela touche aussi 25 % des femmes de 60 à 69 ans et 12 % des femmes de 20 à 29 ans.

En Amérique du Nord, les études parlent d’une femme sur quatre souffrant de troubles urinaires et même d’une femme sur trois chez les plus de 60 ans. Au niveau des hommes, l’incontinence existe également mais dans des proportions moindres. Cela concerne deux fois moins d’hommes que de femmes.

Quels sont les types d’incontinence existants ?

En générale sont présentés trois types d’incontinence mais il en existe un peu plus. Ces principaux types sont : l’incontinence d’effort, l’incontinence d’urgence (dite aussi par impériosité) et enfin l’incontinence mixte. Il faut savoir qu’il existe aussi l’incontinence urinaire par trop-plein, fonctionnelle et celle dite totale.

Tout âge confondu, la moitié des personnes souffrant d’incontinence urinaire présente une incontinence d’effort. C’est une pression dans l’abdomen qui se répercute sur la vessie et qui provoque une fuite de quelques gouttes d’urine. Cette pression peut venir d’un effort physique, d’une quinte de toux, d’un rire, d’un éternuement, etc. Au moment de la fuite, la personne n’avait pas forcément envie d’aller aux toilettes. Cette forme d’incontinence est due principalement à un affaiblissement des muscles.

L’incontinence d’urgence touche environ 20 % des incontinents. Ici, c’est le fait de se retenir qui ne fonctionne pas bien. En cas de vessie partiellement ou totalement pleine, l’idée d’aller aux toilettes ou d’uriner, provoque une fuite urinaire. Cela peut être déclencher par le bruit de l’eau qui coule, le fait d’arriver chez soi, etc. Cela concerne en général des pertes qui vont déjà souvent aux toilettes, mais aussi les personnes dont le système nerveux a été affecté (par la maladie de Parkinson par exemple).

Enfin l’incontinence mixte associe les deux formes d’incontinence présentée ci-dessus.

Quelles sont les principales causes à la perte involontaire d’urine ?

L’incontinence n’est pas une maladie, elle peut donc être le symptôme de divers problèmes. Voici les principales causes aux troubles urinaires :

  • l’affaiblissement des muscles du plancher pelvien, souvent nommé périnée. Ce peut être dû à une grossesse, un accouchement ou l’âge ;
  • des problèmes de santé comme le diabète, l’obésité, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaque, une infection urinaire (cystite), etc ;
  • une descente de vessie ;
  • des difficultés à marcher (et donc à arriver à temps aux toilettes) ;
  • certains médicaments ;
  • des troubles de la prostate.

À noter que le tabac et le café favorisent la prédisposition à l’incontinence. Entre deux personnes avec les mêmes conditions, celle qui fume a plus de risque de souffrir d’incontinence.

Quelles sont les conséquences ?

L’incontinence peut perturber profondément la vie sociale, sexuelle et professionnelle. C’est d’ailleurs pourquoi la principale conséquence est d’ordre psychologique : risque d’anxiété et de dépression.

Il y a également des conséquences sociales, l’incontinence provoquant le repli sur soi et la peur de s’éloigner de chez soi. Enfin, les pertes d’urine irritent la peau et peuvent entraîner des problèmes dermatologiques.

Quelles sont les solutions ?

Si la cause est facilement identifiable, le traitement le sera tout autant. Par exemple, si l’incontinence vient d’une infection urinaire, un traitement de 3 à 5 jours avec Native Remedies Bladderwell en viendra à bout (ou tout autre traitement comme UTI-Clear par exemple).

Si le problème est musculaire (avec un périnée qui ne se contracte pas assez), les solutions sont diverses : utilisation de boules de geisha, exercices de Kegel, etc.

Mais si vous ne connaissez pas encore la cause, il faut la chercher. Pour cela il faut observer et noter la fréquence des fuites. Faites-le consciencieusement car si vous prenez rendez-vous avec un médecin, il vous le demandera également. Il faut noter le rythme des fuites ainsi que l’abondance (même si c’est un ressenti personnel, notez-le). À partir de là, soit vous pouvez établir la cause de vous-même, soit il est temps de prendre rendez-vous avec un médecin. La plupart du temps le traitement est simple, rapide et efficace. Dans certains cas il est nécessaire d’avoir recours à la chirurgie, mais cela reste exceptionnel.