Comment éviter les recidives du Molloscum Contagiosum ?

Le Molluscum Contagiosum est une infection bénigne de la peau. Causée par le virus Poxvirus, elle touche surtout les enfants et les adolescents. Le symptôme principal est l'apparition de petites bosses roses ou de la couleur de la peau qui s'installent sur divers parties du corps : le visage, les paupières, le cou, le tronc, les cuisses et les bras. Une personne atteinte se retrouve rapidement avec une vingtaine d'excroissances. Cependant les personnes avec un...

Cette affection de la peau est en principe sans douleur et peut disparaître d'elle-même. Cependant, sur les peaux ayant tendance à l'eczéma ou simplement sensibles, elle entraîne des rougeurs et des démangeaisons autour de chaque excroissance. C'est également un virus très contagieux, et il est facile de se retrouver avec une épidémie sévère dans toute une école. Enfin les récidives sont fréquentes. Ainsi, alors que le premier réflexe serait de laisser le molluscum contagiosum disparaître de lui-même, notre vie au sein de diverses collectivités, rend le traitement indispensable.

Éviter la contagion de Molluscum Contagiosum

Pour éviter d'avoir soi-même ce virus sans fin, il faut avant tout limiter la contagion. Imaginez la situation : votre fils a le molluscum. Il le transmet à son meilleur ami à la crèche. Pendant que le virus incube discrètement, votre fils est traité. Alors que vous pensez que tout est réglé, il retourne à la crèche, où son ami le contamine à son tour…

La première chose à faire est de retirer l'enfant contagieux de l'école ou de la crèche, ainsi que de toute activité sportive et/ou collective. Pensez également au club de théâtre où les enfants s'échangent des vêtements, bref à toutes les activités où le contact physique et/ou l'échange d'affaires sont incontournables.

À la maison, chacun doit avoir ses affaires et ne pas les partager. Si ce n'est pas déjà le cas, faites une lessive à une température d'au moins 60°C, puis attribuez à chacun sa serviette de toilette, son écharpe, son gant de toilette, etc.

Enfin l'idéal est de ne pas gratter les bosses. Cela accroît les démangeaisons, mais surtout cela disperse plus aisément le virus, qui se retrouve sous les ongles, sur la peau tout autour de l'excroissance et sur le bureau où se tenait le bras qui vient d'être gratté. Puisque cette règle est parfois difficile à appliquer pour les jeunes enfants, il est possible de couvrir les excroissances (avec des gants, un pansement, etc) et se laver plus régulièrement les mains.

Éviter les récidives de Molluscum en choisissant le bon traitement

C'est assez surprenant quand on l'apprend, mais la principale différence entre les personnes subissant des récidives de cette infection à ceux qui n'en ont pas vient du choix du traitement.

Le traitement à éviter est le curetage. Le curetage consiste à retirer la peau infectée à l'aide d'un scalpel. Cela peut être douloureux (bien que ce soit fait sous anesthésie locale) et ce n'est possible que face à un nombre peu important d'excroissance. Mais plus que la douleur, il faut redouter le risque de libérer le liquide contenu dans l'excroissance et ainsi de subir une deuxième infection rapidement après le traitement.

Il existe deux traitements différents à privilégier quand on craint une récidive : la cryothérapie et un traitement local. La cryothérapie consister à geler le molluscum avec de l'azote liquide. Cela se fait chez un dermatologue, après un premier rendez-vous pour s'assurer du diagnostique et du soin adéquate. Le traitement local est l'application d'une crème directement sur chaque excroissance. Les possibilités sont multiples. Vous pouvez opter pour l'huile naturelle qui soigne et prévient, Naturasil MolluscumTM. Ou alors vous pouvez vous tourner vers de l'homéopathie avec ZymaDerme contre le molluscum contagiosum. Enfin votre médecin généraliste peut également établir une ordonnance pour vous.

Quelque soit le traitement choisi, il est important d'aller jusqu'au bout, pour s'assurer de la complète disparition du virus et non pas la seule disparition des excroissances.