Contactez-nous | lun-ven 9h à 20h - sam 10h à 15h

09 75 18 71 60 Chattez en direct
  • La qualité au meilleur prix

    Des produits naturels pour tous les budgets

  • Livraison offerte dès 50€ d'achat

    Choisissez un jour qui vous convient

  • Nos clients nous aiment !

    Avis indépendants par Trustpilot

Comment se débarrasser du molluscum contagiosum ?

Le molluscum contagiosum est une lésion cutanée contagieuse qui peut toucher à la fois les hommes et les femmes, même si elle affecte le plus souvent les enfants à cause de leur système immunitaire encore faible. Contracté par une propagation virale, le molluscum contagiosum a une taille moyenne oscillant entre 1 et 4 mm et se manifeste par une petite excroissance cutanée ayant la même couleur que la peau. On le retrouve habituellement sur le visage, les bras, le torse ou les aisselles (les molluscum contagiosum qui apparaissent sur les parties génitales sont considérés comme une MST – infection sexuellement transmissible).

De par leur caractère contagieux, il est préférable de traiter les molluscums contagiosum le plus tôt possible au lieu d’attendre leur auto-résorption qui peut prendre entre 6 mois à 4 ans selon la physiologie de chaque individu. Plusieurs solutions s’offrent alors :

L’ablation chirurgicale par incision : opération réalisée le plus souvent sous anesthésie locale, elle peut se révéler contraignante dans le cas où le patient (surtout si c’est un enfant) présente des dizaines de molluscum contagiosum sur le corps. Elle est en outre particulièrement contre-indiquée chez les personnes hématophobes dans la mesure où un saignement important peut avoir lieu durant l’ablation de l’excroissance, provoquant peur et angoisse.

La cryothérapie : ou traitement par le froid. Là aussi opération réalisée sous anesthésie locale, elle consiste à bruler l’excroissance par le froid en appliquant une petite quantité d’azote liquide directement sur la peau à l’aide généralement d’un coton-tige. Si l’efficacité de cette méthode pour éliminer le molluscum contagiosum ne fait aucun doute, elle présente cependant un petit inconvénient esthétique avec des risques de survenue de cicatrices après le traitement.

Le laser : ce traitement est peu utilisé à cause de son coût élevé et de sa technique contraignante. De plus, son efficacité n’est pas absolue avec une récidive plus importante que pour les autres traitements.

Traitement homéopathique à base d’huiles essentielles : traitement de loin le plus utilisé grâce à son ratio coût/bénéfice/effets secondaires particulièrement favorable au patient. Il est indolore et donne de bons résultats généralement après seulement 3 semaines d’application en moyenne. L’utilisation d’ingrédients naturels apporte un réel plus surtout lorsque le traitement est destiné aux enfants dont la peau est encore fragile et nécessite un plus grand soin. Raison pour laquelle les topiques homéopathiques sont appréciés pour leur innocuité et leur efficacité curative.

Pour qu’un traitement homéopathique soit considéré comme performant, il doit intégrer plusieurs actifs de qualité qui puissent agir conjointement et apporter une réponse globale à l’infection : prévenir la propagation, éliminer le molluscum contagiosum, guérir la lésion sans laisser de cicatrice, maintenir la peau hydratée et faciliter la régénérescence épidermique à l’échelle cellulaire.

Parallèlement à tous ces traitements, certains gestes de bon sens permettent de prévenir la propagation du molluscum contagiosum comme se laver les mains régulièrement, éviter le frottement ou le grattage des papules, redoubler d’attention en recommandant notamment aux enfants de ne pas partager les objets personnels (vêtements, serviette…) surtout en milieu scolaire.

Souscrire
à la Newsletter