Récidive herpès génital : les différents stades

Quels sont les différents stades de la poussée d'herpès génital ? Comment le corps réagit à chacun de ces stades ? Quels sont les symptômes de l'herpès ? Explications sur la progression et régression de cette maladie sans oublier les possibles complications pour pouvoir être assez informé sur cette maladie sexuelle.

Herpes
• Première poussée d’herpès • Période de transition
• Récurrence de la poussée d’herpès
• Complications dues à l’herpès génital

Première poussée d’herpès

Les symptômes de l'herpès génital apparaissent en général entre 2 à 6 jours après la contagion. La première poussée d’herpès est la plus forte. Les symptômes d’herpès des poussées suivantes sont moins voyants et la douleur est moins forte.

Lors de la première poussée d’herpès, les personnes ont des vésicules d'herpès génital mais aussi de la fièvre, des maux de tête et elles sont souvent très fatiguées car leur corps tente de se battre contre la maladie.

Une vésicule d’herpès génital met environ trois semaines à sécher et, par conséquent, à ne plus être contagieuse. Notons toutefois que la première poussée d’herpès est généralement peu perçue par les personnes touchées.

Période de transition

Les symptômes de l’herpès disparaissent peu à peu : la vésicule d’herpès génital est au début liquide, elle s’assèche ensuite et finit par ne plus être contagieuse.

Le virus de l’herpès génital se déplace en réalité le long des nerfs situés dans la colonne vertébrale. Il se place dans un ganglion dans la colonne vertébrale et il reste inactif jusqu’à ce qu’une autre poussée d’herpès apparaisse.

En général, les poussées sont dues à un affaiblissement du système immunitaire. Cet affaiblissement entraîne une perte des défenses du corps contre les virus ce qui favorise une recrudescence de ceux-ci.

Récurrence de la poussée d’herpès

En général, une autre poussée d’herpès génital se fait au cours de l’année où la personne a été infectée. Cela dépend aussi de la force de la première poussée d’herpès. Des lésions peuvent réapparaître environ 4 à 5 fois durant la même année. Elles ne se suivent pas forcément et elles ne se répètent pas non plus de la même façon selon les individus.

Certains facteurs déclenchent les récurrences des poussées et les symptômes de l'herpès : anxiété, stress, fièvre, irritation de la peau, coup de soleil… Il faut particulièrement prendre soin de sa peau et de son corps afin d’éviter des poussées trop fréquentes.

Les récurrences des poussées dépendent aussi de l’état de santé de la personne affectée. Plus son système immunitaire est faible, plus la personne est susceptible d’avoir une nouvelle poussée d’herpès. Notons aussi que plus les années passent, plus les récidives se font rares. La gravité de la poussée d'herpès s’estompe avec le temps, tout comme la vésicule de l’herpès qui est moins importante.

Complications dues à l’herpès génital

Les personnes en bonne santé ne ressentent généralement pas la poussée de l'herpès. Les conséquences physiques de cette maladie ne sont pas sérieuses car la personne n’est souvent pas au courant qu’elle l’a contractée. Les symptômes de l'herpès étant souvent peu visibles, les personnes ne se rendent pas compte qu’elles ont l’herpès génital. Par conséquent, le corps ne réagit pas en excès physiquement, un peu comme un effet placebo qui protège ou fait guérir de la maladie.

Les personnes les plus touchées par la poussée d'herpès génital sont celles qui ont un système immunitaire affaibli. Les conséquences de l’herpès génital sont alors beaucoup plus graves même si les lésions physiques s’estompent et ne restent pas.

Il faut rappeler qu’avoir une maladie sexuelle n’est pas facile à assumer et à vivre pour tout le monde. Embarras, crainte de donner la maladie au partenaire, honte d’avoir contracté la maladie : l’herpès génital cause un stress psychologique qui n’est pas à négliger.